Question:

Madame la Secrétaire d’Etat,

De plus en plus, les technologies sont utilisées à des fins pédagogiques et professionnelles. En effet, les jeux vidéo qui étaient auparavant essentiellement perçus comme des moyens de distraction sont désormais orientés de manière à favoriser l’apprentissage de manière ludique.

Par exemple, le serious game de Natagora a été conçu pour s’insérer dans le programme du secondaire afin de sensibiliser les élèves aux enjeux de la biodiversité.

Après avoir interrogé la Ministre de l’Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles à ce sujet, celle-ci m’a informé qu’en parallèle aux contacts étroits entretenus avec la Région wallonne qui ont permis l’émergence de nombreuses initiatives à ce sujet, elle menait également des discussions sur ce thème avec la Région bruxelloise.

Mes questions, Madame la Secrétaire d’Etat, sont les suivantes :

  • Pouvez-vous me confirmer être en contact avec la Ministre de l’Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à ce sujet ?
  • Ces contacts ont-ils débouché sur des initiatives concrètes ? Si oui, lesquelles ?
  • Quelles initiatives avez-vous prises de manière à diffuser les nouvelles pratiques consistant à promouvoir et intégrer les technologies, et tout particulièrement l’utilisation didactique du jeu vidéo, dans d’autres domaines comme l’enseignement et l’emploi ?

Réponse :

Je suis, tout comme le député, consciente des possibilités offertes par les « serious games » pour le développement
d’un enfant ou d’un adolescent durant son parcours scolaire.
C’est la raison pour laquelle j’ai par exemple soutenu
cette année un jeu citadin ludique « Think Twice » concernant
Bruxelles, dans le cadre des commémorations du 22 mars.
Ce jeu a été créé spécialement par et pour des jeunes. Ces
jeunes pouvaient indiquer quelles étaient leur vision ou expérience
de Bruxelles.
Je suis en effet, avec le Ministre-Président, en contact avec la
Ministre en charge de l’Enseignement en Communauté française
pour voir dans quelle mesure la Région peut s’inscrire dans le
volet digital du Pacte d’Excellence.
La question d’un soutien de la Région pour des serious games
n’a toutefois, à ce stade, pas encore été mise sur la table.
Selon mes informations, le Ministre-Président n’est pas plus
informé de l’introduction de jeux dans l’enseignement et des
collaborations possibles à ce niveau.
Comme le député en est certainement conscient, je mise
énormément sur la formation digitale des jeunes, même déjà
chez les plus petits : avec le soutien de l’ASBL Maks (Capital
Digital), de l’ASBL Gluon (Gluon Summer Lab) ou encore via
le soutien à des Coderdojos à la Monnaie ou à des hackathons
(Odisee, Brusselstechcare, Interface3…) où des étudiants IT
essayent de formuler des solutions par rapport à des problématiques sociétales. Ces initiatives à petite échelle doivent conduire
les jeunes à se familiariser avec le codage et le développement
d’une app et surtout avec le fait d’apprendre à penser en fonction
de la résolution de problèmes.
Au cours des prochaines années, je vais poursuivre cette
politique, et même la renforcer, au niveau de la Région.