Question :

Comme souhaité par Bruxelles Mobilité, à l’horizon 2019 le
parking « de transit » d’Uccle-Stalle devrait avoir subi un vaste
chantier de réaménagement visant à étendre le nombre de places
disponibles pour les voitures.

Le projet prévoit la construction d’un bâtiment sur cinq
niveaux (4 étages) visant à faire passer le nombre de places de
parking de 384 à 1.134 places (1.045 places intérieures dans le
bâtiment, 86 places extérieures et 149 emplacements à vélos).

Ce projet urbanistique s’inscrit dans la stratégie mobilité de
la Région bruxelloise visant à limiter le nombre de voitures
circulant dans la capitale en offrant des parkings périphériques
et des accès en transports en commun rapides et efficaces vers
le centre-ville. Ce sont ainsi 10.000 places de parking supplémentaires qui devraient, à terme, être créées dans des endroits
stratégiques de la capitale.

Cependant, l’offre de transport depuis Uccle-Stalle vers le
centre de la capitale n’est, à l’heure actuelle, pas idéale.

En effet, plusieurs trams et bus partent depuis cet endroit, avec notamment
le terminus du tram 4, mais aucun de ces moyens de transport
ne permet de se rendre vers le centre-ville plus rapidement qu’en
voiture. Il manque un accès à une station de métro, seul véritable
moyen efficace et rapide pour rejoindre le cœur de la ville.

L’intérêt de ce parking est dès lors discutable.
Le but de ce nouveau parking est de capter des navetteurs
supplémentaires. Cependant, les places actuellement disponibles
sont suffisantes pour le nombre limité de navetteurs laissant quotidiennement leur véhicule sur le parking. Selon certaines sources,
l’augmentation du nombre de places disponibles n’attirerait
qu’environ 450 personnes au total, soit une augmentation de 150
à 250 usagers… pour 1.134 places créées.

Par ailleurs, ce projet de parking réaménagé comporte plusieurs
problèmes urbanistiques. Tout d’abord, comme il s’agit d’un
parking payant, les étudiants de l’EFP (Espace formation petites et
moyennes entreprises), qui utilisent le parking actuel gratuitement,
se verront obligés de se garer dans les rues avoisinantes, créant de fait un problème de places disponibles pour les riverains. Ensuite,
le bâtiment en lui-même est d’un volume considérable et risque
de jurer avec les autres constructions alentours, tout en enlevant
une période d’ensoleillement importante à ceux-ci. Enfin, le cout
énergétique (éclairage, ascenseurs) d’une telle construction risque
de représenter une dépense excessive.

Pour ces différentes raisons, la commune d’Uccle, en concertation avec les riverains, a décidé de rejeter ce projet. Néanmoins,
la Région bruxelloise a tout de même donné son autorisation pour
ce chantier.

Voilà pourquoi je souhaite vous poser les questions suivantes :
– Quel sera le prix du parking ? En fonction de quels critères ce
prix sera-t-il déterminé ?
– Pourquoi l’avis défavorable de l’autorité communale n’a-t-il
pas été pris en compte ?
– D’un point de vue budgétaire, à combien ce projet est-il
évalué ? Quels moyens seront-ils alloués à sa réalisation ?
Comment va-t-il être financé ?

Réponse :

Le projet de l’extension du parking Stalle s’inscrit
dans le cadre de la politique régionale de mobilité qui comprend le
développement de pôles d’intermodalité ainsi qu’un programme
volontariste de développement d’infrastructures « Park and Ride »
(« P+R ») destinées à offrir une alternative à l’usage de la voiture
en Région de Bruxelles-Capitale. Concrètement, il s’agit de créer
et de mettre à disposition des emplacements de stationnement à
proximité immédiate de lignes de transport public performantes
reliant la périphérie aux pôles d’activités du centre-ville.

Compte tenu de la mise en place progressive de diverses
mesures contraignant l’usage de l’automobile (COBRACE, Low
Emission Zone, PACS de la commune d’Uccle….), les besoins
en parking de délestage vont s’accroitre considérablement les
prochaines années. Il apparait donc fondamental d’augmenter la
capacité de stationnement à cette entrée de ville.

Les chiffres avancés dans la question écrite correspondent à
la demande initiale de certificat et non au projet amendé suite à
l’étude d’incidences. Par ailleurs, le certificat d’environnement
a été délivré et autorise désormais l’extension du parking pour
atteindre 750 places maximum. Bruxelles Mobilité attend encore
le certificat d’urbanisme de la direction Urbanisme et Patrimoine,
mais le gabarit du bâtiment sera moins important qu’annoncé et
finalement inférieur à celui des bâtiments voisins (notamment
celui de l’école EFP toute proche).

En ce qui concerne l’école EFP, l’utilisation du parking par les
étudiants fréquentant les cours du soir ne posera pas de véritable
difficulté puisqu’elle ne coïncide pas avec les heures de grandes
affluences des P+R. Une politique de tarification incitative de type
« tarif horaire », voire « forfait soirée », sera également prévue
pour permettre l’ouverture du parking à d’autres usages (piscine
Nemo, évènements à Forest National,…) lorsque son taux d’occupation le permettra.

En revanche, l’utilisation du parking par les étudiants en
journée pourrait entrer en concurrence avec la fonction première
du projet de P+R. Il conviendra, dès lors, de veiller à ne pas
encourager l’usage de la voiture par ces derniers. Il est d’ailleurs
prévu de limiter, pendant les heures de bureau, le nombre d’emplacements accessibles aux étudiants/enseignants de l’établissement
scolaire.

Notons également que le PACS d’Uccle, entré en vigueur
le 20/10/17, règlemente le stationnement sur les voiries situées
autour du parking Stalle. Celles-ci sont, soit en zone bleue
(25 euros par demi-journée), soit en zone verte (6 euros pour
4 h + 1,50 euros/h supplémentaire). Vu les tarifs proposés par
l’Agence, il sera financièrement plus intéressant de stationner
dans le parking qu’en voirie pour de longues durées.
S’agissant des aspects financiers, le cout du parking a été
évalué à 12 millions d’euros. Il s’agit d’une enveloppe maximale
qui a été établie sur la base du cout moyen d’une place de parking.
Un appel d’offres va être lancé prochainement pour le « Design
and Build » de ce parking et le critère principal de sélection sera
le prix.

L’avis défavorable de la commune a été pris en compte, en
tout cas, dans le certificat d’environnement, puisque le nombre
de places autorisées n’est que de 750. Bruxelles Mobilité attend
encore le certificat d’urbanisme avant de lancer l’appel d’offres
avec parking.brussels.

Enfin, l’infrastructure est entièrement financée sur les fonds
propres de la Région et remise à l’Agence du stationnement sans
aucune charge d’amortissement.